Tourrettes-sur-loup, Tourrettes-près-Vence

- Tourrettes -

Il y a sur un rocher, un village que j’aime
Où de vieilles maisons ceinturent le château
Elles sont parcourues par d’étroites venelles
Si elles sont si serrées, c’est pour se tenir chaud.

Mon enfance a connu toutes ces vieilles pierres
Montais, descendais, pendant des heures entières
Jouant à cache-cache dans les vieilles paillères
Encore garnies de foin, sur des planchers branlants.

Les chaudes après-midi, elles servaient de litières
Mon Dieu que c’était bon, nous étions des enfants.

Ma sœur un peu plus jeune, participait souvent
Avec les autres filles, on flirtait gentiment
Les journées s’écoulaient à une allure folle
A avoir fait tant de choses, et c’était drôle.

Cueillir du bout des doigts figues de barbarie
Dévaler le village, sauter comme un cabri
Parcourir les chemins, s’allonger sur la love
Et se déshabillant, se baigner dans les Lônes.

Le soir, quelquefois, sur un mur on parlait
On troublait le silence des chaudes nuits d’été
Où allongés dans l’herbe, le regard vers les cieux
Regarder les étoiles, c’était si beau, mon Dieu.
J’ai passé mes vacances là haut tous les étés
Ma grand mère le soir, bien sûr, nous retrouvait
avec des joues bien roses, respirant la santé

En juillet arrivait la fête du village
On montait sur la place un très grand chapiteau
On était frétillants dans ce remue-ménage
A tourner tout autour, on faisait les badauds.

Il y avait le bal avec tous ses flonflons
Je glanais quelques sous pour avoir des bonbons
Puis tout se démontait, la fête était finie
La poussière retombait, et c’était l’accalmie.

Comme gars de la ville, aux filles je plaisais
Mais Angèle Sicard était ma préférée
On m’offrait des Balto qui partaient en fumée
Ce n’était pas mon fort, mais bien sûr, ça classait.

C’est déjà si lointain qu’on en parle au passé
Il est toujours la haut, mais il a bien changé
Je ne le revois plus qu’une fois par année.

Mais oui, c’est mon village, celui de mes ancêtres
Il a un charme fou, qui vaut qu’on s’y arrête
Vous l’avez deviné, bien sûr, c’est ça " Tourrettes "
Qui vous prend par le cœur, et alors quelle fête !

Pierre Noble, descendant des Noble de Tourrettes
23 septembre 2001


Armes de Tourrettes-sur-Loup

Bienvenue sur la nouvelle version (en construction, merci de votre patience) du nouveau site sur l'histoire de Tourrettes-sur-Loup, charmant village de l'arrière-pays niçois.

Voici, pour patienter, quelques éléments (d'importance) recueillis aux archives départementales (prochainement mis en forme).
Il s'agit de deux recensements de population effectués par les autorités ecclésiastiques à la fin du XVIIème siècle. Ceux-ci sont très complets, c'est un panorama rare, un instantané de la population du village, un siècle et demi avant les premiers recensements de population officiels.

Familles présentes à Tourrettes, citées pour la plupart : AGARD, ALBANELLY, ARTAUD, AUBANEAU, AUBANEL, AUBARESTE, AUBERTE, AUBIN, AUSSEL, BARESTE, BAUDIN, BELHOMME, BELLON, BERENGIER, BLANQ, BLANQUET, BONE, BOUET, BOURRELLY, BOUYER, BREZES, CANX, CARLES, CASTEL, CASTOUL, CATALAN, CAUVIN, CHABERT, CHAUDOUL, CIVATTE, CLARE, CLERGHE, CONSTANS, COSTE, CUREL, DAUMAS, DE VILLENEUVE, DOUET, DUPUY, DUVAN, EUZIERE, FERAUD, FOURNIER, GARENTE, GASQUET, GAZAGNAIRE, GENT, GEOFFROID, GHIRAUD, GILLET, GILLY, GIRAUD, GUERRE, IMBERT, ISNARD, JAUSSERAN, LAUGIER, LAUTIER, LAYET, MAGNAN, MALE, MALLET, MALOT, MARTIN, MATHIEU, MAUNIER, MAUREL, MENGEANT, MERCURIN, MERE, MERLE, MICHELIS, MICOULAUD, NOBLE, PELLERIN, RANY, REVEL, REVELLI, REVELLO, RICORD, ROBAUD, ROSTANG, ROUX, SAQUIER, SPITALIER, TALLADOIRE, TEISSEIRES, TOMBAREL, TOUSSAN, VALIER